AMI et implication des réseaux locaux

Bonjour à tous,

Vous trouverez ci-dessous une copie du message que la Compagnie des Tiers-Lieux des Hauts-de-France a adressé ce soir à l’équipe du programme « Nouveaux lieux, Nouveaux Liens », en charge de l’instruction de l’AMI Fabriques de Territoire, après l’annonce de la 3e vague de lauréats.

Nous vous proposons d’échanger ici sur le rôle que les réseaux locaux de tiers-lieux peuvent jouer dans le processus d’AMI.
Qu’en pensez-vous ? Quel est le retour d’expérience dans votre région ?

Bonjour,

Suite à l’annonce des lauréats et des ateliers fabriques jeudi à Roubaix, je reviens vers vous pour qu’on échange sur la contribution que peuvent apporter les réseaux régionaux dans l’animation du dispositif.

Nous avons noté avec surprise que 3 projets seulement étaient lauréats en Hauts de France. Ce sont 3 projets très différents, dans la forme et le fond. Nous avons soutenu résolument celui porté par le collectif de lieux Baraka/Coroutine/Mons Fabrika.

Certains projets qui ne sont pas retenus sont réorientés vers France TL ou bien la Compagnie des Tiers-Lieux : c’est très bien, nous recevons les porteurs, nous passons du temps avec eux pour la réécriture de leur projet. Cette activité est chronophage mais nous le faisons car nous croyons que notre rôle est bien d’aider les porteurs en local. Nous avons même lancé des sprints d’écriture collective au lancement de l’AMI, en lien avec le Hub Les Assembleurs.
Pour info mais je crois que vous le savez, nous ne sommes pas financés pour ce travail, ni par la Région, ni par la MEL, ni par l’Etat. Nous n’avons d’ailleurs aucune info à leur donner sur les raisons des rejets car nous n’avons pas connaissance des dossiers déposés, ni des avis donnés par le jury, contrairement à ce qu’ils croient bien souvent.

Nous avons soutenu certains projets qui ne sont pas retenus dans cette 3e vague : certains ont même sollicité une lettre de soutien. Nous l’avons rédigée lorsque nous pensions que le projet avait du sens pour le territoire et pour les porteurs. Encore une fois, le temps passé à accompagner ces projets n’est pas négligeable.

Nous vous proposons quelques pistes pour mieux intégrer les réseaux régionaux dans la démarche :

- que la Compagnie soit sollicitée pour avis pour les projets hauts de france, en lien avec les Préfectures à qui vous avez confié l’avis local sur les dossiers.

- que nous organisions un tour de table en amont du jury national avec les agglo et la Région, afin de mieux coordonner les dispositifs de soutiens aux lieux (notamment Tiers Lieux Numériques de la Région et AAP Tiers Lieux de la MEL) afin de donner plus d’écho à la démarche

- que vous communiquiez les avis du jury aux réseaux régionaux pour qu’ils puissent accompagner au mieux les porteurs de projets.

- de travailler avec vous à l’animation des fabriques sur les territoires, à l’image de ce qui s’est fait à Roubaix et que nous aimerions renforcer

- Etudier avec France Tiers Lieux et l’ANCT les moyens de soutenir les réseaux régionaux dans ce travail local.

Notre intention n’est pas du tout d’alourdir le process mais de faire monter en qualité les projets, de les mettre en lien avec les bons interlocuteurs en local, de les encourager à se réunir lorsque ça a du sens pour le territoire, et de créer avec vous le réseau local qui est un élément essentiel dans la mise en oeuvre de la politique publique voulue par l’Etat sur les tiers-lieux.

J’ai mis en copie l’équipe de France Tiers-Lieux, Magali Roger de la MEL et Claire Vaillant et Isabelle Zeller de la Région qui travaillent avec nous sur ces sujets, ainsi que Lucile Aigron avec qui nous avons des échanges très réguliers pour construire une coordination de réseaux régionaux.

A votre disposition pour échanger plus avant sur ces propositions

Pour la Compagnie,

Sébastien

2 J'aimes

Bonjour,

Si je peux rebondir, en Pays de la Loire, nous rencontrons beaucoup d’enjeux similaires.

Les porteurs de projet sont nombreux à nous contacter pour obtenir des conseils, lettres de soutien, relecture des dossier, ce à quoi nous dédions un temps non négligeable.

Par ailleurs, nous disposons d’une connaissance du territoire, de ses projets et de leur réalité qui est plus fine (il me semble) que ce qu’un jury peut comprendre d’un projet au travers d’un dossier de candidature. Solliciter notre point de vue pourrait donc être judicieux.

Bien à vous,

Bonjour, IDEM pour nous. La préfecture du Calvados nous avait sollicité pour les dossiers Calvados, mais pour un simple avis téléphonique, sans avoir le fonds du dossier. et pareillement nous avons eu des sollicitations pour soutien, transmission de notre propre dossier AMI etc. Je pense qu’il est important d’avoir des regards croisés, mais dans lesquels il faut aussi intégrer les regards de plusieurs « pairs » de terrain.