Quelles actions mener pour soutenir une repolitisation des participants des tiers-lieux?

Quelles actions mener pour soutenir une repolitisation des participants des tiers-lieux et les engager sur les enjeux politiques de la sociĂ©tĂ© (celle locale Ă  l’échelle d’une mairie, dĂ©partementale, rĂ©gionale, nationale, etc
). Qu’est ce qui a marchĂ© dans vos lieux ou pourrait fonctionner demain en tiers-lieux ? (lancer des dĂ©bats dans les lieux, mettre Ă  disposition le lieu d’un mouvement municipaliste, etc
). Quels communs ou ressources utiles en tiers lieux peuvent faciliter cette remobilisation ?

Je parle ici du sens du mot politique plus large, celui de civilitĂ© ou Politikos, et qui dĂ©signe ce qui est relatif Ă  l’organisation ou autogestion d’une citĂ© ou d’un État et Ă  l’exercice du pouvoir dans une sociĂ©tĂ© organisĂ©e (cf Wikipedia).

La question me semble importante Ă  un moment oĂč la sociĂ©tĂ© semble se dĂ©politiser avec une abstention galopante depuis plusieurs annĂ©es et un rejet de la politique « classique ». Les modes d’actions habituels (grĂšves, manifestations, occupation des ronds points, etc) ne semblent pas pouvoir perturber le pouvoir politique (aujourd’hui, le 49,3 vient d’ĂȘtre dĂ©clenchĂ© pour transformer notre rĂ©gime de retraite et alors mĂȘme que la majoritĂ© de la sociĂ©tĂ© est contre)

5 « J'aime »

Est-ce qu’il ne faudrait pas dĂ©jĂ  savoir dans quelle mesure les acteurs de l’écosystĂšme Tiers-Lieux considĂšrent « leur » lieu comme un outil/espace politique ?
Je veux dire, pour soutenir une repolitisation des participants aux TL, ne faut-il pas au prĂ©alable se demander si c’est bien lĂ  un objectif considĂ©rĂ© par les acteurs (avant de trouver comment faire: veut-on faire ?) ?

On en revient Ă  la question de fond: au-delĂ  d’une plateforme technique et d’échanges, comme considĂšre-t-on politiquement ces espaces ?

M’est avis que la rĂ©ponse se sera pas unanime ^^.

2 « J'aime »

Nous avons publiĂ© ces Ɠuvres sous licence libre et distribuĂ©es gratuitement en web et Ă  petit prix dans de bonnes librairies

Et nous maintenant des permanences de rencontres et des Ă©vĂ©nements trĂšs rĂ©guliĂšrement en France et Belgique (Politique, Biologie, Sans papier, surveillance et capitalisme, enquĂȘte environnementale, auto-formation, jeux vidĂ©os fĂ©ministes et bien d’autres sujets)

1 « J'aime »

Pour m’ĂȘtre beaucoup engagĂ© dans des mouvements citoyens pour refaire politique dans la citĂ©, j’ai envie de dire qu’il y a tellement d’éducation populaire Ă  faire !!!

[LinkedIn] Mes engagements politiques depuis janv. 2009

‱ Newropean - 2009
‱ Amis de Beppe Grillo
 - Comment traverser la crise et le chaos monétaire mondial en gestation - 2011 (avec Franck BIANCHERI, AndrĂ©-JAcques HOLBECQ...)
 - AustĂ©ritĂ©, crises, 
 : comment s’en sortir, par qui et dans l’intĂ©rĂȘt de qui ? - 2013 (avec Paul Jorion)
‱ Roosevelt 2012 (devenu "Nouvelle Donne")
‱ Citoyens constituants avec l'association Les Citoyens Constituants (LCC) - 2014
‱ DĂ©mocratie RĂ©elle : tirage au sort pour les europĂ©ennes - 2014 https://www.facebook.com/groups/DemocratieReelle2014 - https://www.mouvement-democratie-reelle.fr/association/
‱ Atelier constituant avec CHOUARD - 2014
‱ DĂ©mocratie Ouverte https://www.democratieouverte.org
‱ Parlement & Citoyens https://parlement-et-citoyens.fr
‱ Primaire.org : prĂ©sidentielle 2017
‱ #MAVOIX : lĂ©gislatives 2017
‱ La Grande Annotation https://grandeannotation.fr/ 2020
‱ Primaire Populaire : prĂ©sidentielles 2022
‱ Application NosLois https://civicpower.vote/noslois/

Je pense que les Tiers-lieux sont les lieux d’oĂč les idĂ©es de la nouvelle sociĂ©tĂ© et des nouveaux rĂ©cits, doivent sortir

2 « J'aime »
  • Proposer des sessions" vie ma vis" tiers-lieu ;
  • Participer Ă  l’émission « Patron incognito » → « Politique incognito »

Blague à part
 Ce qu’il me vient !

Et si le sujet Ă©tait plus large que celui-ci ?

Et si le revenu universel / de base Ă©tait un moyen de reprendre le pouvoir du temps et donc d’agir ?

Cf le documentaire sur imago « Les gens, et le revenu universel » Isaline Moulin et LĂ©na Le Guay → Voir : Les gens, et le revenu universel, sur Imago TV

Les personnes sont trop focus par manque d’argent et de temps. Donner plus de temps est pour ma part LA rĂ©ponse pour relever la tĂȘte et agir diffĂ©remment. => Changer la donne !

Il y a un problĂšme de formation Ă  la politique (#code) et d’éducation populaire, pour donner quelque chose d’intĂ©ressant et d’important Ă  faire, et pour cela il faut consacrer des ressources.

Et si les tiers-lieux étaient un lieu de formation et de ressource #ENApopulaire pour écrire de nouveaux récits ?

Mais, in fine cette solution en dernier lieu est une temporalité beaucoup trop longue comme action. Les urgences sont bien trop importantes et pressantes.

D’oĂč axer la rĂ©flexion sur la rĂ©duction du temps de travail, un revenu de base,

=> Donner du temps, Donner du pouvoir d’agir.

Un compromis ?
A minima développer/soutenir le revenu de transition écologique (RTE) ! #tiltcoop.
Je m’interroge :face_with_monocle:

2 « J'aime »

@SimonSarazin ce « débats et discussions » est en lien avec ce message de ta part du 17 mars 2023 ?
https://forum.tiers-lieux.org/t/repolitiser-les-usagers-des-tiers-lieux-rapport-detonnement/3446

J’ai rĂ©cemment animer un atelier au Cube EIC de Tourcoing sur le thĂšme de l’éducation et du dĂ©fi climatique : en partant des axes de sobriĂ©tĂ© j’ouvre vers la citoyennetĂ© et surtout l’engagement via l’Arbre aux actions.
J’aimerais dupliquer ce format dans les Tiers-Lieux pour l’amĂ©liorer.
Qu’en pensez-vous ?

2 « J'aime »

Bonjour,

Notre festival annuel de l’écologie fait l’objet d’une rĂ©union chaque mois. C’est donc l’occasion de discuter en groupe de tous les sujets prĂ©sentĂ©s : dĂ©mocratie, dĂ©sobĂ©issance civile, services publics, dĂ©rĂšglement climatique, alterconsommation, alimentation, fĂ©minisme, etc, etc.

Dans notre structure les questions/enjeux politiques font partie des conversations rĂ©guliĂšres chaque semaine. Je n’ai pas le sentiment que nous constations une dĂ©politisation des gens. Les gilets jaunes, la crise sanitaire, la crise Ă©nergĂ©tique, les retraites
 le constat ce serait plutĂŽt le contraire.

cafĂ© culturel C’est dĂ©jĂ  ça

2 « J'aime »

La dĂ©claration du Conseil des droits Humains du Conseil de l’Europe :

[DĂ©claration] CNOE : Manifestations en France : les libertĂ©s d’expression et de rĂ©union doivent ĂȘtre protĂ©gĂ©es contre toute forme de violence https://www.coe.int/fr/web/commissioner/-/manifestations-en-france-les-libertĂ©s-d-expression-et-de-rĂ©union-doivent-ĂȘtre-protĂ©gĂ©es-contre-toute-forme-de-violence

Liberté de réunion ( #tiersLieux ) / Through the meeting of diverse profiles, guaranteed by the UN Universal Declaration of Human Rights Art. 20, (cc @antoineburret )

Je vous mets un poil plus :

  • [Actu] Sainte-Soline : l’aveuglement « Ă  haut risque » du gouvernement

« De nombreux blessĂ©s, parmi les manifestants et les gendarmes, dont plusieurs « en urgence absolue » : la mobilisation contre les mĂ©gabassines dans les Deux-SĂšvres a Ă©tĂ© marquĂ©e par des violences. Mais on assiste bien en France Ă  l’émergence d’un mouvement social pour l’eau. » https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/250323/sainte-soline-l-aveuglement-haut-risque-du-gouvernement

« À Sainte-Soline, des armes de guerre employĂ©es sans retenue » https://www.liberation.fr/societe/police-justice/a-sainte-soline-des-armes-de-guerre-employees-sans-retenue-20230326_5M4HFKHWCBD73BVQBS2UIQNFHM/

« Les mĂ©gabassines sont une mal-adaptation aux sĂ©cheresses prĂ©sentes et Ă  venir ». En soutien au mouvement contre les mĂ©ga-bassines, Scientifiques en rĂ©bellion publie aujourd’hui une tribune rappelant les enjeux qui se jouent avec cette bataille de l’eau : Le dĂ©ploiement de ces retenues Ă  ciel ouvert menace la prĂ©servation de l’eau et freine la transformation de notre modĂšle socio-Ă©conomique et de nos modes de vie https://telegra.ph/Les-mĂ©gabassines-sont-une-mal-adaptation-aux-sĂ©cheresses-prĂ©sentes-et-Ă -venir-03-27

« Depuis prĂšs de trente ans, la multinationale française DANONE pille les nappes phrĂ©atiques du territoire des villages nahuas de la rĂ©gion de Cholula, État de Puebla, au Mexique, au travers de sa filiale mexicaine BONAFONT, principale marque d’eau en bouteille de ce pays. » https://www.agendamilitant.org/Soiree-de-solidarite-avec-les-luttes-contre-Danone-et-l-accaparement-de-l-eau-2229.html

  • [Actu] LibertĂ© de manifester et libertĂ© de la presse en danger (France)

« AprĂšs des journĂ©es marquĂ©es par des manifestations dans toute la France, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) s’inquiĂšte de certains agissements des forces de l’ordre observĂ©s en particulier depuis jeudi 16 mars. » https://www.cncdh.fr/actualite/liberte-de-manifester-et-liberte-de-la-presse-en-danger

1 « J'aime »

Sur ta question, je pense qu’elle mĂ©rite d’ĂȘtre posĂ©e dans le forum, et qu’elle complĂ©mente celle lĂ .

Mon idĂ©e ici Ă©tait bien d’identifier des actions quand on est soit mĂȘme contributeur ou porteur d’un tiers-lieu qui souhaite travailler la politisation de ses participants.

Je donne juste un exemple d’action que je cherche Ă  identifier : Personnellement, je pense avoir vĂ©cu une action de repolitisation dans un lieu pas loin de chez moi il y a quelques semaines, oĂč l’animatrice du lieu avait fait intervenir toute une semaine une artiste iranienne qui peignait sur sa colĂšre, notamment celle liĂ©e aux atrocitĂ©s vĂ©cues par les femmes en Iran actuellement. Alors qu’on est juste allĂ© voir les Ɠuvres avec un groupe d’amis, l’animatrice nous a proposĂ© de nous-mĂȘme exprimer quelque chose sur le sujet du conflit iranien dans l’espace public. Avec un peu de facilitation, elle nous a amenĂ© collectivement Ă  mener une action concrĂšte sur le moment (pas simple du tout, on a beaucoup hĂ©sitĂ©, on savait pas, on osait pas, on se connaissant pas tant que ça !). Finalement notre groupe, dont une partie n’avait jamais « utilisĂ© » l’espace public pour parler d’un sujet politique, est allĂ© faire des dessins au sol sur la route, arrĂȘter les voitures quelques minutes, mettre des panneaux de signalisation (qui avaient Ă©tĂ© prĂ©vus par la facilitatrice). C’est une petite action, liĂ©e Ă  un sujet sur lequel il y a plutĂŽt un consensus sur le fait d’agir. Cela peu paraĂźtre anecdotique, mais je crois que notre groupe a vĂ©cu lĂ  une expĂ©rience de repolitisation au sein d’un tiers lieu, qui nous a appris Ă  agir ensemble, Ă  oser. Et sans la facilitation crĂ©e par la personne qui animait le tiers-lieu, cela ne serait pas arrivĂ©.

3 « J'aime »

Espace politique

DĂšs lors qu’un espace se donne pour vocation de rĂ©unir des citoyens qui s’expriment et agissent librement, il est par nature politique.

Si on veut une preuve « scientifique », il suffit de tenter l’expĂ©rience dans un environnement totalitaire. Et voir si c’est autorisĂ©.

2 « J'aime »

Bonjour,

Pour contribuer au dĂ©bat, je trouve que cette info, sans en ĂȘtre la cause, est en revanche assez rĂ©vĂ©latrice du pourquoi la dĂ©politisation des Tiers Lieux « 61% des Français veulent plus de bonnes nouvelles dans les mĂ©dias ». C’est devenu tellement compliquĂ© de pouvoir librement s’exprimer lorsque ce sont pas les agresseurs que l’on condamne, que ce ne sont pas les responsables que l’on incrimine ou encore des dĂ©cideurs que l’on remet en cause car ce sont forcĂ©ment des mauvaises nouvelles qui ne font rĂȘver personne (moi le 1er)
 hors la politique c’est la gestion de la citĂ©, et pour gĂ©rer une citĂ© il y a forcĂ©ment des choses cool et d’autres moins, et force est de constater que depuis 2019 on accumule un concentrĂ© de belle « mauvaises nouvelles ».

Pour ĂȘtre plus positif Ă  cette info « brute » c’est intĂ©ressant de lire Ă  la source que le vrai titre c’est « les Français en quĂȘte d’informations constructives » et du coup ce n’est plus vraiment pareil. Ils ne veulent donc pas ne pas entendre les mauvaises nouvelles mais que lorsqu’on l’annone on propose une ou plusieurs solutions
 qu’on argumente et que l’on invite à
 . C’est lĂ  du coup que je retrouve de l’espoir dans le fait que oui les tiers Lieux se sont certes dĂ©politisĂ©s en acceptant « une coke bon marché » (comme disait Ousama) mais qu’il y a plus que jamais une grande place pour inverser la tendance. Et c’est maintenant.

Ma proposition d’action : Pour soutenir la repolitisation des Tiers Lieu il faudrait urgemment arrĂȘter de financer des « lieux » qui dĂ©pensent de la subvention publique en croyant rĂ©-inventer le service public alors qu’ils ne font qu’entretenir son dĂ©mantĂšlement Ă  grande Ă©chelle et mettre le paquet sur les projets et donc les services qui Ă©manent de l’intelligence collective de ces « Tiers Lieux ». Le lieu est une usine de production au service d’une communautĂ© qui co-construit autour d’un commun, le lieu est une charge de production en aucun cas un modĂšle de revenu, aujourd’hui c’est hĂ©las tout l’inverse que l’on a laissĂ© s’installer dans l’imaginaire collectif.

Piste concrĂšte pour mener cette action : ArrĂȘter de regarder les 130 000 millions d’euros du GIP (qu’il n’a plus) et se positionner tous ensemble sur les 77 milliards d’euros des investissements d’avenir que l’on vous empĂȘche de voir en vous occupant le cerceau a des choses futiles (visio, tableau xls, formulaires
 champagne ?)

Voila selon moi un vrai enjeux pour la (re)politisation de nos Tiers Lieux.

1 « J'aime »

cf OĂč sont les Tiers-Lieux? - #2 par XavCC

1 « J'aime »

Je vous partage une action concrĂšte trĂšs possible.

je suis membre d’une organisation qui a co-crĂ©Ă© et siĂšge dans NGI Zero consortium europĂ©en. Cette organisation conçoit aussi des tiers-lieux, tiers-espaces et Ɠuvrent Ă  leur maintient et fonctionnement, notamment par et avec des personnes dites « sans papier ».

Ce consortium de niveau EuropĂ©en discute, gĂšre, et rĂ©parti (donne) de fonds aux sommes trĂšs consĂ©quentes (>400 000 euros par « Track » depuis des budgets en 100 milliers d’euros renouvelĂ© trĂšs rĂ©guliĂšrement).
Nous l’avons fait par choix politique, par exemple ne pas Laisser NGI aux mains des « start-ups » ! Nous agissons politiquement au quotidien avec et pour des personnes et organisations qui vous ressemblent !

Pour ĂȘtre bref,
J’ai des connaissances et savoirs acquis par l’expĂ©rience pour monter un tel consortium dans les rĂšgles qui le rende lĂ©gitime au sein des exigences de la commission EU et des instances et pas uniquement sur de l’infra internet ou du logiciel. On travail Ă  en finaliser un consortium pour des soutien aux « communautĂ©s » en ce moment.

Il y a là trÚs précisément et concrÚtement une action politique à mener de concert « collégial ».

Le reste Ă  savoir :

  • En avez-vous envie ?
  • Dans quelles conditions et modalitĂ©s (entre nous ici) ?
  • Ajoutez vos considĂ©rations / questions / rĂ©flexion !
  • Dois-je effacer tout cela car c’est pas dans vos prĂ©occupations ?
1 « J'aime »
1 « J'aime »

Je ne comprends pas @Yoann ton ajout de ressource extérieure. Désolé. Peux-tu expliquer ?

1 « J'aime »

ahaha
 pardon c’était un copier/coller pour le mettre de cĂŽtĂ©. ça s’adresse Ă  moi en fait car il y a beaucoup de personnes qui me disent ne pas en fait connaitre notre histoire du libre et du coup quand je gueule c’est encore moins audible. Et comme Linus il faudrait peut ĂȘtre que je m’excuse et que je me retire pour tenir un camping naturiste
 tout ça tout ça. Bref, pour repolitiser les TL il faut (peut ĂȘtre) que Duriaux s’excuse et/ou ferme sa gu*** ; ou un truc comme ça. Semaine chargĂ©e

1 « J'aime »

En espĂ©rant que mes notes de travail ici aide Ă  la rĂ©flexion et aux avancĂ©es À l’épreuve des tempĂȘtes. Institutions et crises : approches historiques

j’ajoute :

C’est l’histoire d’un quartier qui disparaüt


Un texte sur la situation actuelle dans le quartier BonnefoĂŻ, notamment Ă  propos de la « cantine/guinguette » qui est en train d’ĂȘtre installĂ©e Ă  l’angle rue de jumeaux rue du maroc, et une invitation Ă  une rĂ©union pour imaginer des suites ensemble.

1 « J'aime »

Merci pour cette question ! Gros sujet, alors j’ajoute mon petit grain de sel :

DĂ©jĂ , Comme le prĂ©cise @SimonSarazin, on parle bien du sens premier de « politique » (gĂ©rer les affaires de la citĂ©, autrement dit : faire des choix qui ont un impact collectif lorsque l’on est nombreux Ă  ĂȘtre concernĂ©s).

Je précise car je crois que les Tiers Lieux représentent surtout une immense opportunité de travailler autrement ces questions plutÎt à une autre échelle.

(1) se concentrer sur le local

On veut nous faire croire que tout est forcĂ©ment liĂ© Ă  une grande mouvance idĂ©ologique nationale, souvent, forcĂ©ment, trĂšs trĂšs posturale (si on veut ĂȘtre audible Ă  70 millions, on ne fait pas dans la demi-mesure). Alors on parle « eco-terroristes » contre « capitalo-fascistes ». Et puis il y a un petit cĂŽtĂ© ambitieux : « et demain le Monde !! »

Je pense que c’est une erreur et que c’est sans issue.

Nos tiers lieux sont des objets ancrés, ancrés dans un territoire avec des liens communautaires forts souvent beaucoup plus complexes que ces mouvances.
A cette Ă©chelle on peut agir, et ĂȘtre sacrĂ©ment pertinents et efficaces, souvent avec des approches plus subtiles que de grands principes idĂ©ologiques.

« Oui mais on passe à cÎté des grands sujets! »

Non. Au contraire : et si pour traiter les problĂšmes de gestion de la ressource en eau, on commençait par dĂ©velopper posĂ©ment dans un territoire concret des petites solutions adaptĂ©es (agroforesterie, agriculture regenerative, desimpermeabilisation, Ă©conomie d’usage de l’eau
), se partager les rĂ©sultats entre Tiers lieux, avec les partenaires acadĂ©miques, les rĂ©seaux professionnels locaux concernĂ©s, les citoyens, les enfants
 mais aussi nos collectivitĂ©s, les services dĂ©concentrĂ©s de l’Etat
 et influer efficacement sur le terrain.

On tente cette approche modestement Ă  la Vigotte et je trouve qu’en Ă  peine 2 ans, on a dĂ©jĂ  des rĂ©sultats prometteurs. En tout cas on sent qu’on pourrait bouger les lignes et finir par avoir un impact national.

(2) adopter davantage une réflexion sur le commun

La « politisation » en tiers lieu gagnerait peut ĂȘtre Ă  se positionner sur le grand vide de notre scĂšne politique : le commun.

Si certains partis mentionnent le terme et semblent avoir des valeurs compatibles, combien en mesurent vraiment la portĂ©e ? TrĂšs peu. D’autant que par dĂ©finition, la gestion du commun fonctionne Ă  de plus petites Ă©chelles (1 forĂȘt, 1 pĂȘcherie, 1 hameau, 1 coopĂ©rative agricole, une petite manufacture
). Donc loin des prĂ©rogatives d’un Ă©lu national, d’un parlementaire ou mĂȘme d’un Ă©lu de collectivitĂ©. Il est aussi peu probable que le commun puisse s’imposer Ă  un niveau national. Le commun ne se dĂ©crĂšte pas.

A l’inverse, en tiers lieu, on est a la bonne Ă©chelle pour dĂ©velopper et expliquer le principe de communs et les diffuser.

Je trouverais vraiment pertinent qu’on mette l’énergie sur ça, plutĂŽt que sur un positionnement par rapport aux grands courants politiques : libĂ©ral ? Socialiste ? Écologiste ? Conservateur ? Progressiste ? Humaniste ? Bah rien de tout ca : porteurs de communs !

(3) accompagner l’individu dans sa propre transition et lui mettre en visibilitĂ© les enjeux de la transition Ă©cologique de son territoire

PlutĂŽt que de donner des leçons et transmettre des doctrines, faire ce que l’on sait faire le mieux : Ă©duquer, sensibiliser et former, pousser Ă  l’expĂ©rimentation.
Surtout : pousser l’esprit critique (pas la mĂȘme chose que l’esprit de critiquer :)), comme le dit un poste plus loin, aider les gens Ă  aller chercher de l’info de meilleure qualitĂ©, ne pas leur mĂącher la rĂ©flexion sur ce qui est bien ou mal, plutĂŽt aiguiser leur capacitĂ© Ă  questionner et Ă  observer (quitte Ă  accepter qu’ils ne soient pas d’accord avec nous
)

Les aider aussi Ă  se positionner eux mĂȘme, sortir de la tĂ©tanie d’un monde qui serait bloquĂ© par un gros « systĂšme » impalpable tenu par des « puissants » inaccessibles pour redĂ©couvrir que dĂ©jĂ , par des choix individuels, en prenant soin de son Ă©quilibre, on peut avoir un Ă©norme impact. (Si chacun se prĂ©occupe de ce qu’il mange et de sa santĂ©, l’agro-industrie et l’agrochimie s’éteint d’elle mĂȘme, sans mĂȘme la moindre lutte
 il faut quand meme que l’économie libĂ©rale et la loi du marchĂ© ait quelques avantages :smiley: !)

2 « J'aime »

Foisonnant :heart:

VoilĂ  un espace de cogite collective qui n’a pas vocation Ă  ĂȘtre abouti ou une vĂ©ritĂ© : padlet.com/xom/etat-coop-ratif-de-l-etre-arygt3ku4kuksdyw

Mais on essaie de faire nos gymnastiques neuronales autour de la notion d’émancipation
Je suis entourée de plein de radicalites trÚs differentes
 mais je crois à un processus vécu collectif car essentiellement individuel.

HĂąte de vous rencontrer pour ceux que je ne connais pas encore.

Il y a de la rigueur dans les propositions, de quoi se passer de l’ANTL et du GIP.

:drum::stuck_out_tongue: