Services numériques dans les Tiers-Lieux

Bonjour à tous,

L’objectif de ce sujet est de rassembler les expériences de mise en place de services numériques dans les Tiers-Lieux.

Je suis chargé du projet PopCafé, lauréat de l’AMI Fabrique de Territoire, à Lille. Le PopCafé est un café de quartier, apportant des services numériques de proximité.

Le sujet du Numérique et celui des Tiers-Lieux s’entrecroisent souvent dans nos discussions. Si un Tiers-Lieux n’est pas forcément un lieu numérique, beaucoup d’entre-eux sont vecteurs d’une culture de l’apprentissage pair à pair qui doit beaucoup aux nouvelles technologies et au développement des usages du numérique.
L’implication de l’État dans le développement des TL porte en lui cette marque, les Fabriques Numériques de Territoires ayant été les premières à être annoncées. Cette semaine encore, Cedric O, secrétaire d’État chargé du numérique s’est exprimé pour témoigner de ce lien..

Pour autant, les services numériques qu’il est possible de mettre en place dans un tiers-lieux ne vont pas de soi, ni même les modèles économiques qui permettent à un tiers-lieux de rendre ces services de façon pérenne.
Médiation numérique, services numériques aux commerçants, « transition numérique » des acteurs locaux, accompagnement vers l’entrepreneuriat, citoyenneté augmentée : les ambitions sont nombreuses mais les moyens pour y arriver pas clairs (en tout cas pas pour moi).

L’objectif du PopCafé est d’éprouver un ou plusieurs modèles économiques équilibrés de services numériques de proximité. En les documentant et en simplifiant l’appropriation, nous espérons en faciliter la mise en oeuvre par le plus grand nombre de lieux possibles pour que les belles histoires deviennent banales.

Je vous propose de documenter ici le fruit de nos réflexions et de les enrichir au fur et à mesure, tout en les confrontant à vos propres retours d’expérience. Cela pourra faire une bonne base documentaire sur ce qu’on peut appeler « un tiers-lieux numérique » - à porter ensuite sur Movilab bien entendu.

Quelques éléments sur le projet :

  • ouverture du café envisagée pour la rentrée 2020
  • le projet est porté par POP, une entreprise sociale des Hauts-de-France. Il s’agit d’une « incubation » avant d’envisager la création d’une structure collective ad-hoc.
  • l’objectif est de ne pas dépendre de financements au delà de l’amorçage mais d’éprouver un modèle de services viable à moyen-terme.

Les fameux services envisagés sont :

  • avant tout : un café et petite restauration pour limiter l’effet « retour à l’école » ;
  • point d’accès public à internet - gratuit ;
  • médiation numérique - utilisation des Pass Numériques ;
  • services numériques de proximité (accès à des machines de fabrication numérique : découpe vinyle, petites impressions 3D, brodeuse numérique) - prix adapté en fonction du degrés d’autonomie de l’utilisateur ;
  • éducation populaire (conférences, ateliers découverte, rencontres) ;
  • club numérique des commerçants : formations ciblées sur le besoin (compréhension des grandes plateformes e-commerce, présence en ligne, etc.) - sur abonnement
  • services personnalisés aux commerçants : conception de site web (sur la base de templates, connexion aux réseaux de logistique urbaine, etc.), aide au choix et à la prise en main d’un outil numérique ;
  • services numériques adaptés aux associations (hébergements, conception de sites webs, etc.) ;
  • Facilitation de l’appropriation des principales plateformes numériques coopératives (achat local via OpenFood, livraisons via Coopcyle, etc.)

Si vous avez expérimenté la mise en place de ces services et que vous êtes d’accords pour en expliquer le fonctionnement, les ressorts économiques ainsi que les principaux partenariats à nouer pour en assurer le succès, je vous propose d’en discuter ici.

Alexandre Bigot-Verdier